retour accueil

Des expériences concrètes... 
S'ils vous disent...
répondez leur ..
..
le collectif, ses objectifs les dйchets aujourdhui le projet de la CAN inconvйnients du projet CAN notre solution alternative nos actions en cours comment nous aider ? liens utiles vers autres sites

Ci dessous est reproduit le texte adressé le 28 avril à Mr le Président de la CAN

LETTRE OUVERTE

 

 

 

COLLECTIF  POUR                                                            Monsieur le Président,

L’ALTERNATIVE A                                      Mesdames et Messieurs les Conseillers

L’INCINERATION                                      de la Communauté d’Agglomération

                                                                                              de NIORT

 

 

 

OBJET : point des discussions                                             Niort, le 28 avril 2005

           sur le traitement des déchets     

 

 

 

 

Monsieur le Président,                                                                

Mesdames et Messieurs les Conseillers,

 Ce courrier fait suite à notre rencontre du 20 avril dernier, au cours de laquelle notre Collectif a exposé le contenu de son projet conformément à l’ordre du jour. Ce dernier prévoyait de même la présentation par la C.A.N de son propre projet. Malheureusement, vos représentants ont refusé de l’exposer lors de cette séance.

D’autre part, sur le fond, nous constatons que les trois rencontres n’ont  toujours pas permis à notre Collectif et à la C.A.N de progresser concrètement et ensemble sur le dossier de la gestion et du traitement des déchets. 

En effet, au-delà de la question- même de l’incinération, nous constatons à ce jour :

-          que vous ne nous apportez aucune réponse claire sur une de nos demandes fondamentales, à savoir l’engagement d’une gestion locale de nos déchets,

-          que vous ne nous apportez qu’une réponse très partielle sur la gestion publique de l’ensemble de la chaîne des déchets (votre engagement portant uniquement sur le maintien d’un statut public pour la régie). Cette incertitude laisse ouverte la possibilité d’une gestion privée d’une installation de traitement (incinérateur ou centre d’enfouissement),

-          que, si vous réaffirmez votre volonté d’aller rapidement vers la création d’un centre de tri des « propres et secs », cet engagement ne s’accompagne pourtant d’aucune échéance ferme. 

Le seul point sur lequel nous ayons eu une réponse claire et partiellement positive de votre part est la décision de généraliser sur tout le territoire de la C.A.N. la collecte en porte à porte des emballages et des journaux et cartons. Cela n’est pas négligeable, mais encore faut-il le confirmer par écrit ou publiquement.  

Vous noterez par ailleurs que notre demande de développement du tri sélectif :

-          porte prioritairement sur une généralisation de la collecte en porte à porte des fermentescibles, parce que ceux-ci constituent la fraction quantitativement la plus importante de nos poubelles, et celle qui pose les plus gros problèmes pour notre environnement,

-          préconise ensuite la collecte en porte à porte des emballages et du verre,

-          comporte enfin un volet d’incitation financière, essentiel pour la réussite du projet. 

Il nous semble qu’il est préférable de faire connaître ces points d’achoppement dès aujourd’hui, plutôt que de les laisser perdurer jusqu’à la fin de discussions qui risqueraient alors d’esquiver les problématiques essentielles. 

En conséquence, vu le peu de résultats tangibles à l’issue de notre troisième rencontre, nous sommes au regret de devoir suspendre ces discussions, pour vous alerter sur l’orientation préoccupante qu’ont prise nos travaux le 20 avril 2005. 

Si toutefois vous pensez pouvoir lever toutes les ambiguïtés ci-dessus, nous vous invitons à le faire par retour du courrier, pour que nous puissions examiner vos propositions lors de notre prochaine réunion interne du 4 mai 2005.  

Peut-être alors, et à ces conditions, serons-nous de nouveau prêts à un dialogue fructueux sur des bases désormais clarifiées. 

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, à notre entier dévouement aux intérêts de notre Communauté d’ Agglomération.